Rêves du tact

 

Céramique de Claire Lippmann

 

Tout commence par le tour. Puisque le vertige se trouve dans l’Origine. Par conséquent, aucun ordre n’est à l’abri d’être en fait, juste un rêve.

 

Etant de vrais essais épidermiques, les pièces de Claire Lippmann sont les rêves du tact. Rêves qui reposent dans la certitude que la céramique est une transe qui à le pouvoir de nous remonter à très loin, jusqu’ou rien n’est plus d’actualité que le lointain et où la « modernité de la famille humaine » refait parti du sens commun.

 

Du vertige du tour provient la forme, qui par conséquent demande et exige sa répétition. « Pour qu’une chose ait du sens, il faut qu’elle se répète », écrivit Calasso. Dans ces œuvres, la répétition dissout et régénère en permanence le sens des petites formes, à la fois qui imprime en conjoint le mouvement docile et les textures douces et compactes que la nature offre à ses créations les plus gratuites (et pour autant les moins nécessaires à justifier): une feuille morte, les quartiers d’orange, le mure d’une grotte ou une pierre fossilisée qui émerge du sable. Je ne doute pas que la force se cache derrière ces… choses ?, cette même force, qui a amener Claire Lippmann à créer ces chefs-d’œuvre, et peut-être à vivre.

      Leonardo Tenorio      

 

 

Le soussigné, WILLY DE WINTER, Avenida Horacio 528-404, Mexico, D.F.,

 

Expert Traducteur officiel assermenté

 

en Espagnol - Français, certifie que la Traduction qui

 

précède est une traduction fidèle et authentique

 

du document ci-joint.

 

Mexico, D.F. le 06 janvier 2012

WILLY DE WINTER